Zut, vous vous êtes fait pincer à surfer sur notre blog au travail? Votre record de 43minutes 12 secondes à l'épreuve de pause café/wc/clope n'a pas été validé par Martine des Ressources Humaine? On vous a « déménagé » (oui, votre bureau n'est pas remplaçable contrairement à vous) dans une pièce sans ordinateurs ni fenêtres. Celle-ci est remplie de vieux dossiers poussiéreux. En plus il fait froid et humide. Ca sent le renfermé. En clair : bienvenue, vous voici relégué aux Archives.

Qu’à cela ne tienne ! Ce n'est pas ce changement d'environnement qui doit vous décourager. C’est l’occasion rêvée de prouver à la direction qu'au moins une ou deux des qualités inscrites sur votre CV (que vous avez réalisé sur nos conseils) sont vraies : vous êtes tenace, productif et créatif.

Avant toutes choses, établissez l'état des lieux. Un rapide coup d’œil vous permettra de recenser le matériel à votre disposition. C'est votre jour de chance : les archives regorgent de trésors. Quelques trombones (de tailles et d’états variés), des élastiques (de différentes tailles, couleurs et odeurs), des stylos, des crayons, des feutres, du papier et une chaise qui fait du bruit. Vous êtes probablement seul, ou peu nombreux dans ce département austère. Tant mieux : vous n'êtes pas ici pour bavasser. L'art de la procrastination constituant un travail comme un autre, vous pouvez atteindre ici votre plein potentiel. Imaginez un monde où tout trombone est fait pour être propulsé. Où tout élastique est fait pour être propulseurs. Où chaque stylo, crayon, objet ou projectile pointu est à sa juste place... planté au plafond. Vous ne tenez plus, on y va.

 

 

Astuce Travail #4 : Survivre aux archives

 

 

  1. Travaillez votre visée : Laissez tomber “Call of Duty” et le Paint Ball. Pour devenir un(e) vrai(e) dur(e) à cuire (oui mesdames, vous aussi), rien ne vaut une formation de combat au trombone. Un rapide rappel du modus operandi. Accrochez l’élastique à votre pouce et votre index, et glissez le trombone dont vous aurez préalablement déplié le coté inférieur. Le coté supérieur et arrondi devrait se loger sur l’élastique. Armez en tirant la tige. Visez et lâchez. Suivant vos qualités manuelles, le projectile devrait partir plus ou moins droit et plus ou moins vite. À force d’entraînement et de travail, vous serez capable de prouesses dignes d'un Legolas des bureaux.


  2. Fabriquez des armes de destruction massive : Quiconque ayant déjà visité YouTube ou vécu dans la campagne (très) profonde sait que l'on peut fabriquer des lances pierres (voire des Patator) à partir de pas grand-chose. Au bout d'une semaine de tir de trombones, vous vous rendrez compte des limites de cette méthode : trop peu précis, risqué puisque l'élastique peut vous claquer dans l’œil à tout instant, etc... Il est temps, vous allez pouvoir travailler à la construction de votre propre lanceur.
    Vous n'aurez sûrement rien d'autres que des trombones et des stylos comme matière première. Cela peut sembler sans intérêt, mais je vous assure qu'avec du temps et de l'imagination, ces splendides outils de travail peuvent devenir les parfaits composants de votre arbalète à main faites de trombones. Celle-ci achevée, vous serez capable d'envoyer vos projectiles rageurs à plus de 6 mètres! Utilisez les boîtes en cartons qui traînent pour déchainer votre nouvelle création.
    Vous avez touché le jackpot. Tel un MacGyver du travail, vous allez alors pouvoir envisager de produire des jet skis avec pour seuls matériaux un tube de rouge à lèvre et un bouchon de stylo. L'avis de la rédaction : si vous en êtez à ce niveau, laissez tomber votre travail et installez un laboratoire de recherche appliquée. Votre seule limite étant votre imagination (et la légalité), vous pourrez faire fortune en fabriquant un arc de 2 mètres d'envergure capable de lancer tout ce que vous voulez au travers de tout ce que vous pouvez tester.


  3. Préparez votre camouflage : Maintenant que vous avez de quoi vous défendre dans votre nouvel espace de travail, il est temps de vous l'approprier. Avant tout, sachez que vous n'y trouverez que peu d'indigènes. Les territoires non reliés à l'internet sont impropres à la survie de la plupart des employés, et seuls ceux qui ont des besoins impératifs en documents poussiéreux viendront vous voir. Pourtant Lionel de la comptabilité ne sera pas forcement ravi de vous voir chasser les fournitures de bureau ou faire de la contrebande d'armes au travail. Vous devrez donc cacher votre équipement. Apprenez à le démonter pour le cacher dans des tiroirs différents. Les archives sont un labyrinthes de boîtes et d’étagères. Mémorisez en tous les recoins, chacun des passages et répartissez méthodiquement votre arsenal. Vous pourrez alors circuler à votre aise et discrètement dégainer vos outils de travail afin de surprendre vos éventuels visiteurs, en surgissant dans leur dos!


  4. Prenez le repos du guerrier : Vos pauses avec vos collègues vous manquent ? Oubliez-les. Ils vous ont remplacé le jour même (par ce salaud de Ludo du service informatique qui vous avait pourtant serré la main et souri dés votre premier jour). Vous n'existez plus dans leurs mémoires, les archives occupent un espace temps à part. Tant pis, ils ne savent pas ce qu'ils manquent! Mais par quoi remplacer ces bons moments de convivialité? Par du sommeil, pardi! La pause sieste dans les WC n'est qu'un artifice de novices et autres bizuts, vous allez passer au niveau supérieur : dormir à votre bureau même, dissimulé derrière les archives.
    Pour ce faire c'est très simple. Il suffit de créer des “zones de travail” ou vos responsables vous surprendront à “travailler” (n’hésitez jamais à faire dans la mauvaise foi, c'est toujours payant dans le monde professionnel). Établissez ces zones en différents espaces de cette grande pièce que vous hantez, et tapissez les de cartons épais et moelleux où vous pourrez vous laisser choir. Prenez soin d'établir vos camps dans des recoins dissimulés, ce afin d'avoir le temps de vous réveiller et faire semblant de travailler (pendant environ 3 secondes et 58 centièmes). Ainsi, vos responsables vous voyant toujours “travailler” à des endroits différents repartiront persuadés que votre air patraque est uniquement due à l'amiante dissimulés dans les murs des archives. Avec cette méthode, vous pourrez dormir du sommeil des champions.


  5. Etudiez Gaston Lagaffe : N'oubliez jamais ceci, rien ni personne ne bat Gaston, le sacro-saint de la glande et de la procrastination. Embarquez ses albums et bd dans les archives, vous y trouverez une mine d'inventions et de techniques de sieste à reproduire. Inspirez-vous de lui tout en vous rappelant que si l'on vous a mis aux archives, ce n'est que pour que vous puissiez atteindre votre plein potentiel de glande. (Bonus) : Venez travailler vêtu avec des espadrilles bleue, un jean troué et un pull à col roulé vert afin d'améliorer l'immersion. Allez, au travail maintenant !

 

Vous aussi, vous êtes coincés aux archives? Envoyez-nous vos astuces et vos passe-temps, nous serons ravis de les partager avec la communauté de Bloguéotravail !