Vous travaillez en open-space et êtes à cour d’inspiration pour survivre à vos mornes semaines ? Bloguéotravail, encore plus magnanime que Godefroy de Montmirail, vole une nouvelle fois à votre secours. Petite présentation (avec le moins de spoiler possible, promis) d’une série à voir pour survivre jusqu’à 18h.

 

 

travail_culture_2

 

 

Le Pitch : Vous voici plongé au cœur des locaux de Dunder Mifflin, une moyenne entreprise de vente et distribution de papier. L’agence de Scranton (ville de 75 000 habitants en Pennsylvanie) vous accueille dans son intimité. On y découvre une équipe pleine de ressource et conduite (accompagnée ?) par Michael Scott (joué par Steve Carell), le meilleur patron du monde comme l’indique fièrement sa tasse à café... un cadeau qu’il s’est offert lui-même.

Filmée sur le mode du mockumentary (faux-documentaire/documenteur), la série nous invite dans le quotidien du travail et de la vie en entreprise : procrastination, les blagues entre collègues, l’ennui, les départs, les arrivées, les retours, les amitiés, les rixes, les amours, les concurrences, la vie d'à côté et, parfois, le travail (oui oui, ça arrive). Quelque part, The Office a peut-être exercé une certaine influence sur notre ligne éditoriale.

 

 

Ce que vous pouvez copier : Les avancées de The Office dans l’art de la gestion du temps en entreprise (ou de la “glande”, en moins professionnel) sont innombrables. Parmi la pléthore d'exemples présentés par la série, on s’arrêtera sur cette short-list non-exhaustive des grandes idées à essayer grâce à The Office...

  • Enduire les outils de vos collègue de Jell-O : Probablement la meilleure façon de se venger d'un collègue exaspérant, et de saper son temps de travail.

  • Adapter les “That’s what she said” de Michael Scott : Cette punchline égaiera les discussions autour de la machine à café et contribuera à remotiver les troupes. Tout spécialement destiné aux professionnels de la gestion des RH.

  • Raconter aux naïfs que vous avez été mordu par un vampire : Fonctionne particulièrement bien sur les fans de Twilight. Essayez de garder votre sérieux pour faire passer la couleuvre.

  • Imiter et reproduire le code vestimentaire d'un collègue : Faites vous passer pour lui, et laissez le vous expliquer à quel point le vol d’identité n’est pas un sujet de plaisanterie. Ciblez plutôt ceux qui s'habillent sobre, vous n'exploserez pas votre salaire en collection de costumes 3 pièces.

  • Déplacer le bureau d’un collègue dans une autre pièce : Jouer ensuite au “Tu chauffes, tu brûles” avec lui. Tout simplement royal.

  • Remplacer les confiseries du distributeur automatique par les affaires d’un collègue : Le laisser les récupérer à l’aide de pièces de 10¢. Reservé aux professionnels de la boîte à outils. Avantage certain de cette technique ; vous disposerez un stock de confiseries pour tout le mois.

 

 

Ce que vous pouvez éviter : Si The Office donne beaucoup de clés, toutes ne mènent pas vers une douce sérénité. Quelques trucs à oublier...

  • Ne vous mettez pas en couple avec un supérieur : Une relation basée sur le chantage, les menaces et le travail n’amène rien de bon. En particulier avec un conjoint aux moeurs “libres”.

  • Vous élevant dans la hiérarchie, gardez les pieds sur terre : Un ascenseur marche dans les deux sens, et on peut très vite quitter New-York et son business pour finir dans un local sans fenêtre à Scranton. Triste fin.

  • Ne pratiquez pas le« planking » : Cette activité est vraiment dangereuse. Surtout en présence de Dwight K. Schrute.

  • Ne provoquez jamais un type comme Dwight K. Schrute à la bataille de boule de neige : Vous comprendrez vite qu'il vous domine physiquement et psychiquement, et il vous le fera vite sentir.

 

 

Pertinence Globale : 90%. Tout n’est pas parfait et toutes les saisons ne sont pas toujours tip-top. Mais pour une adaptation américaine d’une série britannique, on est sur du haut-niveau. Vous l'aurez compris, une série à ne pas manquer! Vous profiterez ainsi d’un formidable guide de survie en entreprise. On ne peut pas tourner indéfiniment le dos à une telle offre.

 

 

C'était l'instant culture de la rédac'. Et maintenant, au travail !