Chez Bloguéo travail, on aime la musique et on croit même qu’elle peut vous accompagner au bureau (c’est même pour ça qu’on a lancé la Playlist du lundi). Mais parfois, c’est le boulot qui s’impose dans la musique. Oui, vous l’avez compris (craint ?) nous allons aujourd’hui plancher sur Work Bitch, le dernier single de Britney Spears.

 

 

Culture Travail #04 : Work Bitch

Work Bitch, le dernier single de Britney Spears, nous expose sa vision du monde du travail...

 

 

Le Pitch :

Dans la grande entreprise de la Pop, Britney a une longue carrière qui lui a permis d'expérimenter différents postes. D'enfant modèle de l’Amérique péri-urbaine à ses débuts, elle passe par l'iconographie de la décadence des starlettes de L.A., pour enfin rebondir sur un fond de commerce provocateur où la concurrence est rude (Rihanna, Miley Cyrus, Michel Sardou...). Après avoir contribué à Twist & Shout sur le dernier album de will.i.am, elle poursuit aujourd'hui son trip dance/pop avec lui.

Dans Work Bitch, Britney nous livre une lecture bien à elle du monde du travail. Celui-ci est dépossédé de sens ou finalité intrinsèque. Il n'est rattaché qu'à la question de l'argent et du pouvoir d’achat, ou au statut qu’il nous confère. On travaille pour obtenir un certain niveau de vie mais aussi pour être plus beau et plus distingué que le voisin.

Britney nous invite subtilement à envisager les bienfaits d'une rigoureuse éthique de travail : “Tu veux une Maserati ? T’as qu’à bosser, salope !”. Laurent Wauquiez et Dodo la Saumure n’auraient pas dit mieux.

 

 

Ce que vous devez copier :

  • Sachez vous spécialiser : Nous l’avons vu, Britney Spears a longtemps cherché sa spécialité. Au final, il semble que sa période dance/pop (introduite par Gimme More) soit ce qu’elle ait fait de moins anxiogène. Se trouver une force puis se concentrer sur elle ne peut pas être une mauvaise idée (c’est ce que disait David Ricardo en tous cas).

     

  • Soyez clair et concis : Le texte de Britney est, pour le moins, limpide. Les auteurs ont privilégié un message simple et direct. On ne peut que saluer cet esprit synthétique digne des meilleurs mémos, notes ou rapports d’une entreprise. N’oubliez jamais qu’à part chez Bloguéotravail, jamais personne ne vous recrutera pour votre sens de l’emphase.

     

  • Optez pour un management agressif : Le clip de Work Bitch est une parfaite leçon de contre-pied. Au lieu de tenter de convaincre le salarié que son travail l’épanouit et qu’il doit s’y impliquer toujours plus, il nous ramène à la dure réalité de nos contemporains : il n’y a pas de relations copains-copains, la hiérarchie est forte et il faut travailler dur. On reçoit ensuite un salaire suivant son mérite. Britney n’aurait-elle pas trouvé l'art et la manière de manager cette Génération Y qui revendique du sens, de la diversité et du rationnel en marge du rêve corporatiste ? Nul doute pour nous, en tout cas, que la star de la pop touche le salaire de son mérite.

 

 

Ce que vous devez oublier :

  • Tenez-vous à ce que vous savez faire : Vous vous souvenez, une fois, vous avez dû travailler avec Anthony. Ce gros nul voulait absolument que vous fassiez une matrice SWOT. Sauf que ni vous ni lui ne saviez comment faire. Vous l’avez quand même fait. C’était nul. Nul au point d’en affecter le reste de votre travail. Eh bien c’est exactement ce qu’il s’est produit lorsque will.i.am et Britney ont décidé de rajouter un bridge dans leur morceau. Ne sortez jamais de vos sentiers battus, il n’y a rien à y gagner.

     

  • Évitez d'afficher vos ambitions : Dans son texte, Britney prétend qu’elle se fait appeler “Gouverneur” par le gouverneur. Si, elle, se sent en mesure d’assumer sans fard ses ambitions, restez méfiants. Annoncer à tous vos collègues et à vos supérieurs que vous serez le big boss d’ici 2 ans serait probablement du plus mauvais effet. D'ailleurs, Iznogoud n’est toujours pas Calife.

     

  • Ne tentez pas d’importer un dress-code SM au bureau : Si le clip met en avant une esthétique référencée (fouets, bottes en cuir, baillons beats by dre -grande classe), évitez de recréer cette ambiance autour de vous. Vous risquez de gêner vos collèguess ou (pire) d’exciter les passions de certains radicaux. Et puis bon, le sexe au boulot, ça n’a pas que du bon (allez demander à B.Clinton).

 

 

Pertinence globale : 30%

Work Bitch a pour intérêt principal de nous ramener aux fondamentaux du travail contemporain et s’éloigne des conjectures (parfois hypocrisies) du nouveau management émergent. Si on ne peut que saluer cette franchise, Britney a quand même une confiance démesurée : suivre ses conseils à la lettre pourrait bien se retourner contre vous et vous isoler au bureau. Et puis bon, si ses prédictions sur le monde du travail sont au niveau de ses choix artistiques et de ses visions de la Pop, se montrer prudent n’est pas scandaleux.

 

 

Voilà, c’était l’instant culture de la rédac’. Et maintenant, au travail !