Amis cinéphiles, bonjour ! Aujourd'hui, Bloguéotravail vous a concocté une petite sélection de films cultes dont l'univers gravite autour du monde du travail. Argent, collègue, patrons, chômage, grève, vous retrouverez dans ces cinq films du fun, un peu de réflexion et un zeste de critique sur notre place et celle de notre boulot dans la société moderne. Allez mesdames et messieurs, on se cale bien au fond de son fauteuil, on tamise la lumière, on lève le rideau... place aux chefs d'oeuvres !


travail_culture_05
  1.  Les Temps Modernes, Charlie Chaplin (1936)

A-t-on encore besoin de présenter Les Temps Modernes ? Dans ce film culte qui fut le dernier muet de Chaplin, notre bon vieux Charlot lutte pour sa survie dans un monde à l'apogée de son industrialisation manutentière : chaîne de productions, cadences et taylorisme, rigueur et déshumanisation du travail... Ce long métrage est tout autant satire du travail à la chaîne que réquisitoire contre le chômage et la condition ouvrière de la Grande dépression. Les Temps Modernes, c'est du grand septième art et c'est à voir ou à revoir à tout prix. Fou rire garanti !

 

 

  1. Brazil, Terry Gilliam (1985)

Quatrième long métrage du très très haut Terry Gilliam, Brazil nous conte l’histoire de Sam Lowry, un bureaucrate qui mène une existence simple et polissée : il marche dans les lignes, fait son travail sans poser de questions, mène une petite vie tranquille. Mais cette vie simple et insipide ne lui suffit qu'en apparence. Sam est un grand romantique, et il vit sa vie par procuration à travers ses rêves dans lesquelles se bousculent héros, grands aventuriers et icônes de la révolution des moeurs. Un beau jour, sa petite existence satisfaite et réglée comme du papier à musique se voit bousculée par une erreur administrative qui provoque l'arrestation brutale d'un certain Archibald Buttle. Alors qu'il tente de réparer cette injustice, ce petit grin de sable dans l'impitoyable mécanique de la bureaucratie va progressivement l'entraîner jusqu'à la plus totale rébellion contre un système que l'on découvre aussi totalitaire et fliqué que celui d'un certain 1984 de George Orwell. Hilarant et effroyable, narré dans un univers chaotique et merveilleux, Brazil est tout simplement un chef d'oeuvre social abouti et stupéfiant.

 

 

  1. Les Raisins de la Colère, John Ford (1940)

Adapté du roman éponyme de John Steinbeck, ce film fort raconte l'histoire de la famille Joad. Les Raisins de la Colère rejoint l'esprit de Chaplin en ce qu'il traite également de la Grande Dépression américaine, marquée par les séquelles de la crise économique et le Dust Bowl dans le sud du pays. Comme de nombreuses familles, les Joad furent poussés sur les routes et plongés dans une profonde misère après avoir été chassé de leurs terres par les banques. Tiens, ça me rappelle une certaine actualité... Le film raconte leur fuite en avant dans l'espoir de trouver du travail, dans une Californie chaotique et bouleversée par le contexte économique. Adaptation de haut vol et une grande réussite pour John Ford, Les Raisins de la Colère s'esquive des écueils du misérabilisme et de la démagogie pour nous livrer une oeuvre brute et dépourvue de parti pris. C'est probablement ce qui fait la puissance de cet incroyable récit. A ne pas manquer.

 

 

  1. Le Couperet, Costa-Gavras (2005)

Quadragénaire et père de famille bien rangé, un cadre supérieur dans une usine de papier perd son emploi après quinze ans de bons et loyaux services. C'est la délocalisation de l'entreprise, et trois ans de chômage pour notre ami qui cherche desespérément du travail. C'est alors qu'une lugubre lumineuse idée lui vient... Hanté par l'effroi de la déchéance sociale, il découvre une énième offre d'emploi à laquelle il pourrait pourvoir. Mais notre homme se sait en concurrence. Habile et rusé, il se procure la liste et les coordonnées des autres candidats, qu'il profile pour faire le tri et retenir ceux qu'il considère comme de sérieux concurrents. Avili par sa dégringolade sociale et mue par la volonté de mettre un terme à son chômage, notre quadragénaire franchit alors le pas : c'est par l'élimination de tous ses concurrents à l'emploi qu'il mise pour décrocher le poste... vous l'aurez compris, Le Couperet porte bien son nom. Véritable critique du monde de l'emploi et du recrutement de nos jours, Le Couperet est un petit chef d'oeuvre corporate incisif et diablement réussi.

 

 

  1. Polisse, Maïwenn (2011)

Prix du jury au festival de Cannes 2011, Polisse est une plongée au cœur de la brigade de protection des mineurs de la ville de Paris. L'unité lutte contre les innombrables vicissitudes subies par les enfants : traque de pédophiles, appréhensions de parents soupçonnés de maltraitance, suivi d'adolescents pickpockets ou en dérive sexuelle... Plongés dans cet univers délétère, les policiers tentent d'accorder leur dur labeur quotidien avec leur vie privée. Polisse, c'est l'enfer d'un quotidien difficile, la puissance d'un travail passionné et la force de la solidarité entre collègues. Polisse, c'est une succession de coups de poings et de coups de coeurs, un film attachant et difficile qui ne laisse pas indifférent. Et puis, avouez que ça serait quand même sacrément con de manquer Joey Starr en policier !

 

 

Vous êtes cinéphile? Vous pensez que l'on aurait dû évoquer d'autres grands classiques? Les films sur le travail sont légions, réagissez, commentez ou envoyez-nous vos suggestions à moderation@blogueotravail.fr, nous serions ravis d'éditer un nouvel article grâce à vous !