Vous sortez d’un dîner de famille très éprouvant ? Les promotions et gratifications de vos proches vous rappellent tristement à la vacuité de votre poste et aux tâches ingrates qui y sont associées ? Vous souhaitez monter en hiérarchie pour exister socialement ? Bloguéotravail est là pour vous. Aujourd’hui nous vous apprendrons à vous faire respecter au travail, à être enfin promu pour ne plus faire de votre vie de larbinage qu’un drôle de vieux souvenir, une réminiscence que vous évoquerez avec nostalgie entre deux bouffées de vos délicieux cigares cubains.


 

travail_astuce_22

 

 

  1. Ne travaillez pas trop.

Il serait tentant de croire que pour obtenir une promotion, il faut travailler fort et bien. Sachez que ça, ça marchait bien dans les années 70. Sauf que cette époque est révolue ; engloutie par les terribles eighties qui ont tout détruit et tout corrompu (même David Bowie, putain). La conception du travail de nos jours est plutôt celle de la Belle Époque (l’avant Première Guerre mondiale, kwa) : c'est une occupation pour les pauvres.

Bosser comme un forcené ne fera que vous enfermer dans une position de subalterne et personne ne prendra jamais au sérieux vos demandes, vos réclamations et vos positions. Aujourd'hui, il faut travailler "normalement" (sans pour autant sombrer dans l’excès opposé, hein) : gardez notamment à l'esprit que, aux yeux des autres, Apple est le bébé de l’esprit génial de Steve Jobs. Ce n'est pas celui des bidouillages forcenés de Steve Wozniak.

 

 

  1. Ne faites pas d’auto-dépréciation.

Je ne sais pas trop pourquoi, mais les années 2000 ont porté en elles les valeurs des anti-héros et de l’auto-dépréciation. On a fait croire aux idiots qu’ils avaient le droit de l’être à condition qu’ils le reconnaissent et en rient. Cela s’illustre régulièrement dans les spectacles des mauvais comiques (Gad Elmaleh, Anne Roumanoff, les autres se reconnaîtront) : 80% des blagues sont articulées autour des “petits défauts” du quotidien péri-urbain de personnages minables (pour ceux qui s’interrogent, le reste des blagues est un ensemble de mimes et de grimaces). L’auto-dépréciation vous rend peut-être sympathique et modeste auprès de vos amis et de vos collègues... mais en vérité dans le monde du travail, à moins d'être aussi talentueux que les très grands, elle ne vous conférera jamais l’aura que vous cherchez à obtenir.

Ne vous dépeignez donc pas comme l’être stupide et limité que vous êtes certainement. Soyez plutôt sûr de vous et de vos forces (oui, vous en avez vous aussi) et sachez accepter les compliments : suivez les conseils de François Damiens (ou de Gaëlle des Ch’tis à Hollywood) et montrez que vous êtes un winner, pas un loser.

 

 

  1. Ne vous épanchez pas sur votre vie de débauche.

Si vous ne devez pas vous faire passer pour un nigaud, ne vous la jouez pas trop hardcore non plus. Personne ne vous félicitera d’être presque à l’heure au boulot malgré votre soirée scandaleuse de la veille. Pour vos collègues, vous n’êtes qu'un irresponsable à la bourre de 10 minutes. C’est tout.

C’est injuste, certes, mais dans le monde de l’entreprise il n’y a que peu de respect accordé aux alcooliques ou aux junkies. Nous vous conseillons donc de garder le récit de vos débauches pour vos copains. Il n’y a que très peu de chances que vos collègues et supérieurs distinguent derrière vos histoires de gerbes et de cabrioles le leader charismatique qu'ils envisagent pour mener leurs troupes.

De même, des photos dégueulasses ne joueront pas en votre faveur. Soyez certains de la confidentialité de vos informations Facebook et soyez attentif à votre e-réputation. En faisant croire que vous vous respectez, vous le serez un peu plus par les autres.

 

 

  1. Comportez vous like a boss.

Attention, se comporter like a boss c’est très différent de se comporter en patron. Un patron c’est arrogant, autoritaire, ça a tous les droits et c'est lâche (Jean-Guy Lecointre). Un boss c’est stylé, exigeant (pour lui aussi) et responsable (Don Draper). Vous devez donc adopter une attitude qui transpire l’assurance et le talent. Une bonne manière de le faire est de participer à des réunions où vous répéterez en un peu mieux les bonnes idées des autres et où vous apporterez des critiques pertinentes et respectueuses aux projets (foireux) de vos collègues.

Se comporter like a boss c’est aussi ne pas hésiter à utiliser un registre de langage soutenu et à bien insister sur le fait qu’on fait des trucs sérieux. Dire que vous partez “prospecter de nouveaux clients et étudier un public cible particulier” alors que vous allez seulement boire un coup dans un café arty, ne peut pas vous desservir. De même, vous ne sortirez jamais d’une pause café en ayant "parlé d’un gif drôle" ; vous avez plutôt "mené un groupe de réflexion sur la mobilisation pertinente des outils de promotions viraux du Web". Ça y est, vous devenez quelqu’un de sérieux. Ca vous fait bizarre? C'est normal, c'est le métier qui rentre. Ca vous dégoute? Ca, on y peut pas grand chose. Achetez-vous une belle voiture avec votre nouveau salaire, il paraît que ça aide !

 

 

  1. Faites-vous parrainer.

On en arrive à la dernière étape. Une fois que votre comportement de boss apparaîtra comme naturel pour les autres, vous finirez par taper dans l’œil d’un supérieur. Après tout, s’ils sont là où ils sont, ce n’est que parce qu’eux aussi ont réussi à faire croire qu’ils le méritaient.

Quoi qu’il en soit, pour gravir l’étape suivante et enfin intégrer leur monde, vous devez être parrainé (sûrement un reste de complot illuminati, franc-maçonnique ou autres). Vous devez désormais prouver à ces gens que vous êtes digne d’être l’un des leurs. Ils vous colleront sûrement une période d’essai avec un stagiaire à votre charge : vous devrez l’exploiter et en tirer le meilleur tout en lui faisant croire que vous bossez bien plus que lui. Ceci est votre examen d’entrée. Appliquez-vous.

Attention toutefois. Votre ambition devra être mesurée. N'oubliez pas de faire serment d'allégeance, de manifester votre reconnaissance à ceux qui vous ont sorti de votre infortune, en vous engageant notamment à ne pas les griller. Ne dénoncez pas leurs magouilles. Sachez qu’un groupe de hyènes n’acceptera jamais de lion (en même temps, Scar a franchement abusé avec elles).

 

 

Vous aussi, vous avez su vous faire respecter et gravir les échelons au travail ? Vous en avez vu d'autre le faire, et vous avez annoté les astuces ? Faites-les nous partager, nous en ferons profiter la communauté dans un prochain article !