Si vous êtes un lecteur régulier de ce blog, déjà on vous remercie. Mais surtout, vous aurez compris que derrière notre humour taquin et nos airs arrogants se cache en réalité une forme de sensibilité un peu naïve. Comme celle qui semblait animer Nicolas Hulot quand il allait filmer la faune sous-marine au large du Timor-Oriental.

Aujourd’hui, on va laisser s’exprimer notre candeur en vous révélant, sans fard et sans masque, quels sont les cinq boulots qui font rêver la rédaction de Bloguéotravail. Spoiler alert : conseiller d’orientation n’est pas dans la liste.

 

 

travail_societe_11

 

 

  1. Rentier.

On pourrait dire en quelque sorte que c’est la base. Être élevé par une famille riche, ne jamais connaître le besoin (sauf celui causé par ses éventuelles addictions), vivre dans un entre-soi confortable et rassurant. Le pied.

On l’envie d’autant plus que ce métier formidable peut être exercé de manières très différentes. On peut reprendre l’affaire familiale et mener une lucrative activité d’entrepreneur à succès (kikou Martin Bouygues), on peut aussi profiter de son enfance dorée pour se constituer une bonne culture et ensuite en vivre tranquillement, pépère (kikou Charlotte Gainsbourg) ou encore envoyer chier tout ça, faire le jeu des paparazzis, faire de la provoc’ pour rombières et se faire un prénom à côté de son nom (kikou Paris Hilton). Et puis bon, on aimerait tellement réussir à rentrer dans une boîte branchée un jour.

 

 

  1. Garde-champêtre.

Quand un rentier se plaint de sa vie et évoque un boulot qu’il aimerait faire (parce qu’il le considère “vrai, authentique”) il évoquera généralement les heureux bûcherons ou les joyeux bergers. Grave erreur. Quiconque a déjà eu à se trimballer du bois sait à quel point le bûcheronnage est éprouvant. Et quiconque a déjà interagi avec des ovins sait à quel point le pastoralisme est chiant. Vous l’avez compris, ce qui attire vraiment nos citadins en mal d’amour propre c’est l’appel de la nature et le port de la chemise à carreaux.

Nous, on a trouvé le moyen de s'offrir tout ça, avec un boulot paisible en prime : il suffit d’être garde-champêtre. Vous pourrez profiter du bon air et de la beauté des espaces qui vous entourent, alors que votre mission la plus pénible sera l’équarrissage et la traite des arbres. Privilégiez le Sud-Ouest de la France pour votre affectation. Vous éviterez les incendies du Sud-Est, les tempêtes du Grand Ouest, les gelées du Centre, les parisiens qui vont dans le Nord et les charniers humains des pédophiles bourguignons (kikou Émile Louis).

 

 

  1. Lobbyiste.

Ce petit coup de cœur date de notre première confrontation avec le film Thank you for smoking de Jason Reitman. Dans son premier long-métrage, le réalisateur canadien présente les actions de Nick Naylor (joué par Aaron Eckhart), un éloquent porte-parole du lobby du tabac. Sa vie est découpée entre des émissions de télé ou il humilie quiconque se met en travers de son chemin, des voyages d’affaires posés, des réunions avec d’autre lobbyistes cools (des armes à feu et des boissons alcoolisées), des discussions pour placer des produits dans des films ou séries et les livraisons de pots de vins.

En quelque sorte, c’est un sympathique concentré de tout ce que l’on aime chez Bloguéotravail, et de tout ce qui nous motive.

Après tout, avec ce blog on écrit des articles sans toucher de salaire. En devenant lobbyiste on serait juste (bien) payés pour les lire. Où est-ce qu’on signe ?

 

 

  1. Enquêteur-qualité pour des voyages.

Alors avant tout, il faut faire hyper-gaffe avec ça. Quand on devient enquêteur-qualité on doit s’assurer que le voyage qu’on évalue se fasse en avion. Les enquêtes qualité en bus ou en train, c’est juste pour vous expédier dans une chambre d’hôte mal chauffée au fin fond du Cher. Nous on viserait plutôt le haut-de-gamme : voyage en classe affaire vers un cinq étoile all-inclusives aux Seychelles. Ça c’est la vie.

Un quotidien calqué sur celui des businessmen, entre deux avions à la recherche d’endroits toujours plus travaillés pour plaire aux goûts de riches occidentaux. Le dépaysement de sites incroyables avec tout le confort et les services rassurant d’une riche résidence de riches de l’Upper East Side (ça c’est à New-York, gros).

 

 

  1. Maire de Toronto.

Ne vous y trompez pas, on ne fait pas ça pour Toronto en tant que tel. Soyez bien certains que cette ville est proprement nulle. On peut le dire sans problème, comme vous le confirmera n’importe quel québécois, les torontois ne parlent et ne comprennent pas le français. Par contre, son maire actuel (enfin, d’ici à ce que vous lisiez ça il sera peut-être déjà viré) est juste un pur génie. Rob Ford s’est fait connaître du grand public la semaine dernière après avoir été filmé en train de fumer du crack. Sa ligne de défense a consisté à justifier cette prise de drogue par sa grande ébriété au moment des faits (l’alcool étant le véritable amour de sa vie).

Au-delà de ses prises de substances rigolotes plus ou moins légales, Ford est manifestement un bon-vivant. Disciple de Karadoc, grand sportif, futur candidat de “Danse avec les stars” (version cocaïnée) Rob Ford est en train de crever l’écranavec deux nouvelles histoires. Il a été filmé à son insu lors d’une colère magistrale où il menaçait de tuer un type (comme le plus stylé des mecs de la Pègre) et aurait fait appel à des prostitués au sein même de la mairie. Dans la tourmente, et prié par le Conseil municipal de se retirer, Rob préfère profiter de ce moment difficile pour… faire du merchandising.

 

Il est trop fort. Décidément, ce mec est trop fort ! Tout bien réfléchi, vous pouvez même oublier les quatre précédents boulots et même la mairie de Toronto. En fait nous, on veut juste être des grands Rob Ford. 

 

Et vous, de quels métiers rêvez-vous ? Réagissez ici ou faites nous parvenir vos rêves à moderation@blogueotravail.fr !