La vie en entreprise, c'est un peu comme la vie en famille. C'est en tout cas ce qu'aimeraient vous faire croire vos supérieurs. Et c'est pour ça que chaque année, on fête, on célèbre, on organise des petits événements "corporate"... avec modération, bien entendu. Il arrive que ces moments soient vraiment chouettes. Vous êtes dans la bonne équipe, dans la bonne boîte, c'est une vraie petite famille. Vous êtes chanceux. Parce que parfois, il arrive que ces petits moments "corporate" soient une véritable torture. Voyons plutôt...

 

travail_societe_12

 

 

  1. Les vœux de fin d’année

On a tous reçu cette petite carte noire et blanche sur notre bureau. Ce carton de vœux réalisé sur Paint par la secrétaire de direction avec de somptueux artifices, chatons et arbres en tous genres. Les traditionnels vœux du président arrivent, toujours à la même date et toujours en dehors des horaires de travail.

Dans une salle confinée au sous-sol de l’entreprise, on se retrouve pour partager un mauvais mousseux, dont on a tendance à abuser pour mieux supporter le discours de celui que l'on ne voit qu'une fois par an : votre directeur.

Mais ce qui reste le moment le plus gênant, demeure la bise de « bonne année, bonne santé » à TOUTE la boîte. Attention aux vexés si vous tentez de vous éclipser. Ainsi, vous devrez supporter une fois de plus les blagues aussi lourdes qu’une enclume de Roger le commercial, le rouge à lèvre de Claudine la comptable, le monologue incessant de Gérard le chargé des relations presse et les références incompréhensibles des créas qui vous prennent pour un loser.

Si on peut vous donner un conseil, la prochaine fois, faites-vous porter pâle et restez chez vous.

 

 

  1. Le Noël du comité d’entreprise (ou CE)

C’est le fameux « arbre de Noël » tant aimé par les enfants. Sapin, gâteaux, guirlandes, musiques mielleuses, Père Noël, étoiles qui brillent et tout le tsoin tsoin. Une chose est sûre, plus on devient âgés, plus on accumule les responsabilités. Et notamment celle de s’exposer en public avec sa petite famille.

Qui n’a jamais eu honte lorsque son gamin de 4 ans s’est retrouvé à foutre une raclée au gamin de votre boss ? Qui s’est abstenu de pleurer lorsque votre enfant a eu l’idée d’ouvrir tous les cadeaux des autres ? Qui aurait préféré que Jules ne mange pas ses crottes de nez pendant que vous le présentiez à vos collègues ? Raté. Les enfants sont un enfer que vous devez assumer aussi fort que votre rôle dans la boîte.

L’an prochain, prenez votre courage à deux et dites enfin à vos enfants que le Père Noël n’existe pas.

 

 

  1. Le lipdub ou le clip d’entreprise

Depuis que la nouvelle chargée de com’ a rejoint l’équipe, elle n’a que ce mot à la bouche : « lipdub ». Pour rappel, le lipdub consiste à mettre l'équipe de l'entreprise en scène et en musique pour présenter les services qui la composent et l'ensemble des salariés qui y travaillent. Si quelques petites perles ont été tournées sur ce principe, ce sont généralement de risibles horreurs qui voient le jour. Suite à de violents bides interplanétaires, certaines vidéos ont été simplement radiées de l’espace internet.

Mais nous pouvons citer dans notre palmarès : Décathlon, l’UMP, EmEmEmts (boîte russe, attention aux oreilles), ou encore l’interminable TéléCom Bretagne. Mais la palme d’or revient à Auchan (http://www.dailymotion.com/video/xvormx_lipdub-auchan-noel_news), ses joyeux jockeys (1’50), sa stripteaseuse rayon frais (2’21) et ses lapins Lindt (2’24).

On ne vous répétera jamais assez de travailler avec des professionnels lorsque vous souhaitez mettre en place ce genre de projets à risque. Salariés, vous avez des droits, faites-vous respecter.

 

 

  1. Le séminaire

Vous l’attendiez depuis longtemps à la manière de Jean Dujardin dans Les Infidèles : le séminaire de la boite. S’imaginer à Valras-Plage avec le reste de vos collèges vous a paru un fantasme grandiloquent pendant les trois derniers mois.

Vous aviez oublié que le séminaire demeure un espace de travail, déplacé dans une autre ville. Avec en plus la particularité de supporter vos collègues H24, avec tous leurs gentils petits défauts. Ainsi, les TOC de Gérard deviennent encore plus lourds lorsqu’on est enfermés 4h dans le même bus. Les fautes de français de Christelle ne sont plus tolérables après 2h de repas à la cafétéria. La mauvaise haleine de Thomas ne vous quitte plus.

Inutile de rappeler l’importance de se tenir à carreau. Mieux vaut passer des soirées moroses pendant une semaine que devenir le plouk de service toute sa vie. L’alcool ne sera pas votre ami pour faire passer le côté « cafard » de votre semaine. Imaginez que vous finissiez à danser sur les tables, bouteille de whisky dans une main, agent comptable dans l’autre. Impossible, vous tenez à votre réputation et vous avez bien raison.

Emportez plutôt tous les bouquins que vous n’avez pas encore eu le temps de lire !

 

 

  1. Le pot de départ

C’est toujours les meilleurs qui partent en premier », selon la célèbre expression. Oui mais dans quelles conditions ?

Une personne dévouée se charge toujours de venir vous taxer 20€ pour « les préparatifs et le cadeau ». Toujours en vous regardant de haut, avec une certaine pression dans le regard. Ensuite, on a le droit pendant 10 jours à des débats houleux sur le choix du gâteau : chocolat, fruits rouge, crème ? Puis, viens la séquence émotion avec la compilation de photos en basse résolution, floues, sur fond de musique mélancolique, tout ça pour faire pleurer Martine qui s’en va.

Alors finalement, quand arrive le fameux pot de départ, qu’on est fauché, triste et fatigué, on a qu’une envie, c’est que Martine parte tranquille dans sa campagne.